Au final mieux vaut être seule que mal accompagnée

Publié le par Dolly

Au final mieux vaut être seule que mal accompagnée

J'ai toujours pas trouvé l'amie qui me correspond. Une amie sincère et qui aurait un petit ou petite du même âge ou presque que mon fils. Afin de jouer, s'amuser ou partager des choses ensemble... C'était ma motivation pour la nouvelle année et je me rend compte qu'on est déjà debut juillet et que je n'ai toujours pas fait de nouvelles rencontres. C'est triste. On vit dans un monde ou on est tous connecter via les réseaux sociaux mais dans la vie réelle et bien on est seul ou presque.

Avant j'avais pleins d'amies , j'étais tres entourée. Par exemple à mes 18 ans, j'avais même fait privatiser une boite car il y avait facile 150 invités... Mon répertoire était plein. Je recevais des tonnes de messages par jour. Maintenant c'est le néant. Ma dernière meilleure amie (j'en ai eu pleins) me parle casiment plus depuis qu'elle s'est mise en couple et qu'elle sait ma grossesse... Moi qui pensais qu'on allait partager tout sa ensemble je me suis encore une fois trompée.

C'est vrai que depuis toujours, je me fais berner question amitié... Je m'attache trop vite, trop tôt. Je donne énormément sans penser au retour. Et les gens consomment et me laisse sur le carreau. Pleins de fois j'ai été déçue pourtant je recommence car j'ai foi en l'être humain. Pourtant en étant maman je commence à me dire que sincèrement, je crois que toutes ces amitiés ne servent à rien sauf à te faire mal un jour ou l'autre. Le constat est sans appel. À chaque fois que m'entendais bien avec une personne, sa échou. Peut être est ce moi qui met en echec les amitiés ? Peut être que j'en demande trop ? Je suis peut être trop envahissante ?

En tout cas avec le temps, la maturité, on comprend certaines choses. Que les amitiés garçon fille existent rarement et que la plupart du temps ils veulent qu'une seule chose. Du sexe. Au départ c'est flatteur mais après c'est lourd. Une fois qu'on est en couple sérieux, ce genre d'amitié disparaît totalement quand les hommes comprennent qu'il n'y aura aucune ouverture. Donc on s'en défait peu à peu...

Les amies filles sont souvent synonyme de jalousie. C'est comme sa. Il y a toujours des tensions entre femmes. Donc on se lasse également. Moi si c'est pour psychoter quand on se retrouve toutes et pour que sa parle dans mon dos ce n'est pas la peine.

On apprend donc que les gens sont souvent la par intérêt, en l'occurence pour l'argent. Donc j'ai fais le tri. Entre les déceptions, le temps qui passe, les gens qui refont leur vie... Sa va vite. Les amitiés se réduisent comme une peau de chagrin.

Il ne reste plus grand monde autours de soi. On se berce d'illusions, on se croit au centre du monde et au final on fait son chemin en égoïste. Combien de fois je me suis investie dans une relation qui n'a pas aboutie car j'étais la seule qui faisais des efforts. Stop. Donc.

En plus, c'est vrai que quand tu deviens maman, parent même, le cercle social se réduit aussi. Et on n'y peut rien. Sa se fait automatiquement. Je l'ai bien remarqué.

Je peux le comprendre. Quand mes copines étaient mamans on avait pas les mêmes discours ou les mêmes passions. On parlait pas des mêmes choses, elles parlaient de leur enfant prodige et moi je n'avais pas de conversation du coup. Mis à part écouter.

Maintenant c'est l'inverse. Mes copines célibataires ou en couple mais sans enfant ne me parlent presque plus. Sa me déçoit ! Même pas elles prennent la peine de prendre des nouvelles de mon fils. J'ai donc arrêter peu à peu de leur parler.

Les copines qui avaient des enfants à l'époque, ils sont grands maintenant donc c'est pas les mêmes centre d'intérêt mis à part de te donner des leçons sur comment éduquer ton enfant sa ne m'intéresse pas du tout... Donc la aussi j'ai préféré me détacher.

Au final, je me détache, doucement des gens sans intérêt. C'est la que je vois que ce qui compte le plus, c'est ma petite famille. Celle que j'ai créer. Plus que tout je vois que les gens sont aigris et méchants de jalousie. Beaucoup de gens à l'époque on critiquer mon couple, c'est normal. Je faisais la bringue, je draguais, je sortais souvent, j'avais la voiture. Quand je me suis caser avec mon homme, j'ai commencé petit à petit à arrêter de sortir. À faire ma vie avec mon cheri. Et sa n'as pas plus, forcément !

Au final on critique les gens mais on fait la même chose... On devient égoïste comme tout le monde. Je ne donne plus ma confiance à personne. Hélas.

Je rêverais d'une amie mais je pense que c'est une utopie. J'aimerai changer mon regard dégoûté de tout sa. Oui j'ai des connaissances mais pas d'amitiés sincères, pas d'amitiés ou je peux appeler la personne h24. Et sa c'est mon grand regret. Peut être qu'un jour je trouverai celle qui me faut. Je demande pas grand chose. Juste une amitié, une personne sur qui compter jour comme nuit. Une personne avec qui je peux rire, me laisser aller. Une personne avec un enfant du même âge que mon fils. Une personne qui ne me parlerai pas par intérêt. Une personne sincère.

Mais au final, tout est un echec. Sa je tient pas. Dommage. Je suis donc très entourée et à la fois seule. C'est un paradoxe dans ce monde connecté. Y'a pas plus simple de parler derrière un écran mais après on est seul.

Je m'y suis faite. C'est ainsi. Je reste donc plus attaché que jamais à ma famille. Le principal comme je dis toujours c'est mon fils. Le reste n'a que peut d'importance. Et comme on dit il vaut mieux être seule que mal accompagnée...

Commenter cet article