La vie réelle et la vie des réseaux sociaux

Publié le par Dolly

La vie réelle et la vie des réseaux sociaux

C'est vrai qu'on voit partout dans les médias des femmes épanouies, le ventre bien ronds. Qui font pleins de choses alors qu'elles sont à 8 mois de grossesse (sport, natation...). On les voit souriantes avec leur petit bébé dans une poussette, maquillées et coiffées.

C'est pareil sur les réseaux sociaux. J'étais sur instragram et je voyais des comptes de mères heureuses avec leur intérieur rangé à la perfection, elles sont habillées avec soin, en bombe atomique. Elle sont belles, sans ride. Leur bébé est calme. Les photos sont lisses. Sans cris. Elles sont la à s'extasier en racontant comment leur enfant est merveilleux...

Et puis tu te dis comment elles font. Certes mon intérieur est rangé. Mon fils a de la compote et purée maison. Je prend soin de moi. Mais je passe aussi par des moments intenses de doutes. J'ai fais une petite dépression post parfum après ou je n'en pouvais sincèrement plus. J'étais à bout avec le manque de sommeil. L'inexpérience. Les interrogations de bien faire.

Et dans ces moments. Ce genre de photos et de témoignages énervent. Pourquoi idéaliser la grossesse tant que sa ? Tout le monde parle que c'est le plus beau jour de ta vie. Non pas forcément. J'ose dire que ma grossesse n'a pas été merveilleuse. N'a pas été celle espérée. Celle que j'avais imaginée. Celle que je voulais Comme toutes ces femmes qui se montrent sous leur meilleur jour. Non j'étais pas en train de promener, de nager, de faire des achats dans une jolie robe de prinptemps. J'étais sur mon canapé. Ma maison à ce moment là etait en bordel. J'étais pas maquillée parce que j'étais mal.

Et je peux dire la même chose quand j'ai accouchée. Oui j'étais si heureuse de le tenir dans mes bras. Mais non les premières nuits sont horribles et magnifiques. Parce qu'on craint toujours pour ce petit être de quelques jours. Parce que tu dois te réveiller toutes les trois heures pour le faire manger et tu as sommeil. Tu es à l'aube de ta nouvelle vie et tu as peur. Tu te dis comment tu vas gérer les autres jours si tu ne dors casiment pas. On ne t'as jamais parlé des inconvénients une fois que tu as accouché ! La douleur quand l'utérus se met en place, les pertes de sang assez impressionnantes, la rétention d'eau que tu peux encore avoir après la péridurale, les points à ton vagin qui doivent cicatriser, le fait que tu n'es pas droit au bain alors qu'on est en plein été... Non. C'est un sujet tellement taboue et je ne comprend pas qu'on ne puisse pas en parler plus librement aux futures mamans. Par exemple même si ma sage femme à etait super, j'aurai aimer qu'elle me parle de l'épuisement maternel. Et qu'elle me dise que c'est normal d'être fatiguée, d'être épuisée. Que c'est une période dure ! Et que ce n'est pas ce que l'on imagine toute. Qu'on rentre chez soi avec le bébé toute heureuse et épanouie, en pleine forme. Qu'on aille le promener le leindemain en ville. Non. Ce n'est pas sa la réalité. En fait tu es crevée. Ta vie se résume à ne plus sortir car tu es fatiguée, de l'accouchement. Des visites incessantes. Des conseils, des tonnes de conseils qu'on te donne. Tu ne sais plus où donner de la tete (je parle pour une primipare). Tu n'as pas le temps de chérir ton copain car le bébé passe en premier et il prend du temps. Et tu dois t'organiser à tout gérer chez toi. Sans te plaindre. Car pour les gens tu es dans la plus belle période de ta vie. Donc tu te tait. Tu n'as pas le temps de te maquillée ou coiffée à ce moment là. Tu n'oses pas sortir car il est encore si petit.

Et tu te dis que tu es nulle. Parce que tu te compare à toutes ces femmes qui mettent des photos de leur grossesse. Elles sont à la mer, elles sont en terrasse les cheveux au vent. Elles ont l'air d'avoir une grossesse de rêve. Et puis tu les voit apres accouchement. Toutes maquillées et magnifiques. Elles ne te parlent certainement pas des contractions. Non ni de la fatigue. Juste que c'est le plus beau jour de leur vie. Et toi tu culpabilise. Car tu n'es pas comme elles. Tu n'es pas autant parfaite qu'elle.

Et chez elle, leur photo sont bien prise. Elles sont avec leur bébé dans les bras. Un bébé évidemment qui ne pleure jamais. Qui mange correctement.

Sa me dégoûte. Je me suis desinstallée de Instagram. Tous ces gens qui font croire que tout est merveilleux, sans nuage et qui étale une vie artificielle. Qui font culpabiliser. Sa ne m'aide pas. Et je suis sure que sa aide pas d'autres femmes comme moi. J'ose espérer que beaucoup de femme soient dans mon cas. Doutes. Stress de mal faire.

Je raconte les choses crûment. Sans mentir. J'ose dire quand sa va pas, surtout quand sa va pas. Je ne mens pas en disant que tout vas pour le meilleur des mondes.

Les réseaux sociaux sont un danger...

On a le droit d'être fatiguée aussi. La vie de maman n'est pas comme on le croit. C'est parfois dur. Souvent.

Et même, parfois tu te plains auprès de ton entourage. Des femmes, des copines mère de famille pourtant. Elles te disent : arrête de te plaindre. C'est merveilleux, c'est pas si terrible que sa. Il fallait pas faire d'enfant alors.

Je rêves en entendant cela. Parce qu'elles se croient peut être parfaite ou quoi. Comme si c'était si simple. Elles te disent toute un discours identique. C'est chouette. C'est toi la penible. Ou leur petite phrase assassine, j'aimerais être enceinte à nouveau. Ha bon. Et bien fais le alors !

Pourquoi mentir ? Pourquoi ne pas dire la vérité ? Être parent c'est dur. Chaque jour on est confronté à des questionnements. On a un peu peur pour l'avenir. Mais on avance. On apprend sur le tas. J'ai envie de dire a toutes les mamans qui passent sur mon blog. Arrêtez de mentir, vous aussi vous êtes pas infaillibles. Vous n'avez pas la science infuse. Vous êtes humaine. Vous êtes parfois fatiguée. Stressées. Énervées. Parfois même votre enfant vous pousse à bout et vous vous imaginez ailleurs. Votre couple n'est pas si solide qu'il n'y paraît. Vous vous disputez parfois car on a pas le temps de prendre soin de nous. De notre homme.

J'ai envie de dire a toutes les futures mamans que c'est normal de douter. Que vous allez aussi passer par des moments difficiles et durs. Des moments où vous voudrez être sur une île deserte. Très loin. Et que vous allez culpabiliser de penser cela. Que vous en aurait marre de ne pas sortir. Parfois même de regretter !

Mais prenez un bol d'air. Sortez un peu. Prenez du temps pour vous. C'est normal d'être ko. C'est normal de ne pas être comme tout le monde le prétend. C'est normal de vouloir un peu de calme.

Il faut penser au principal. Le seul but qui nous fasse tenir. Et vous tiendrez. Comme moi je tient. Comme des millions de femmes dans le monde tiennent. Il vous suffira de regarder votre bébé. Vous dire que c'est vous qui l'avez fait sans personne. Que c'est vous qui l'éduquerez sans personne... Oui vous culpabiliserez un peu. Mais c'est sa, on devient parent on ne naît pas parent. Vous allez trouver la force de tenir malgré l'épuisement, les doutes, les pleurs. Et votre bébé vous le rendra bien. Par un joli sourire...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article