Les nuits (agités) de bébé

Publié le par Dolly

Les nuits (agités) de bébé

Sa fait longtemps que je n'ai pas fait un article intéressant. La plupart du temps je le passe à me plaindre. Donc je vais essayer de rattraper sa en postant un peu plu des articles un peu plus attirant ! Surtout quand je vois le nombre de personnes toujours plus nombreuses qui vient jeter un coup d'œil sur mon blog, sa me donne envie de m'investir encore plus. Même si j'adore poster et me livrer dans ce blog, qui a la base était juste pour moi mais si sa peut éclairer certaines mamans ou futures mamans, j'en suis ravie !

Dans cet article je parle des nuits parfois compliquées de bébé... Sujet délicat qui rend dingue les parents. Moi la première ! Je dépend entièrement de mon fils. S'il me laisse dormir je suis complètement de bonne humeur. Sinon si je dors mal, je deviens un etre tres méchant ! Sur les nerfs et sur les rotules ! Surtout que je suis une grande dormeuse habituellement ! Quand on me disais de profiter de mon alitement pour me reposer et dormir car une fois que bébé est la c'est plus la même chose ! Je ne les croyait pas ! Et bien si c'est vrai !



On dit d'ailleurs souvent : dormir comme un bébé. Ou on attend dire que les jeunes enfants ont besoin de beaucoup de sommeil. Sa me fait doucement rire ! Ce qui maintienne ces propos n'ont surement pas d'enfant ! D'ailleurs pour information, on estime qu’un nouveau-né dort environ 16 heures par jour.



Je me demande bien alors pourquoi nous, les parents, tenant à peine debout, on s’épuise à essayer en vain d’endormir nos petits ?

La majorité des problèmes liés au sommeil des jeunes enfants vient du fait que nous (les adultes) souhaiterions qu’eux (les enfants) dorment quand cela nous arrange.

Et eux, sur ce sujet, ne coopèrent pas beaucoup. Nous pensons que la nuit est réservée au sommeil et comptons également sur des siestes régénératrices dans la journée. La pratique est cependant toute autre.

De 0 à 3 mois

Entre 0 et 3 mois le nouveau-né ne distingue pas la nuit du jour. Il se fatigue rapidement, ne serait-ce que lors de la tétée qui lui prend des heures. Il a besoin de la proximité de sa mère, son odeur, sa chaleur, des sons émanant de son corps (les battements du cœur, le souffle de la respiration, les gargouillements de son ventre), afin de se sentir à nouveau comme avant, avant la naissance, quand la vie était simple et confortable.

Lors des trois premiers mois, il s’adapte à la vie de ce côté du ventre. Il apprend à respirer, téter, avaler, digérer et à « évacuer ». Il s’habitue au toucher des vêtements et des couches, à la température et à l’humidité de l’air. Il est sollicité par de nombreux stimuli, qu’il n’enregistre pas consciemment pour le moment mais qu’il traite. Son cerveau fonctionne à plein régime et doit se régénérer. D’où le fait qu’il tombe souvent de sommeil. Il est cependant souvent réveillé, car son petit estomac ne peut pas contenir beaucoup de nourriture et il digère très rapidement. La faim et le besoin d’être proche de sa maman font que bébé se réveille en pleurs.

Mon conseil en tant que parent !

La periode que je considère la plus difficile. Parce qu'il faut le temps de s'acclimater à bébé. À son nouveau rôle de parent. Et surtout au baby blues... Je ne pensais pas le faire mais en y réfléchissant bien j'ai vraiment eu une periode compliqué une fois rentrer à la maison. Ou j'arrêtais pas de pleurer et j'avais les nerfs à fleur de peau. Dans ces cas là je conseille vivement de prendre beaucoup de recul sur la situation et surtout se faire épauler par l'entourage... Au risque de risquer l'épuisement.

Donc le conseil, c'est que durant les premières semaines après la naissance, faites-en sorte de suivre le rythme de votre enfant : dormez ou reposez-vous quand il dort. Vous avez besoin de vous régénérez, et pour le moment c’est difficile la nuit, alors faites des siestes dans la journée. J'ai mis un peu de temps à le comprendre. Je voulais à tout prix dormir la nuit car la journée je voulais faire autre chose. J'avais faux ! Le ménage, les visites des amis et toutes les autres choses laissées de côté, maintenant votre force et votre santé sont prioritaires.

La nuit, quand bébé se réveille et veut manger, n’allumez pas la lumière principale, ne faites pas de bruit (j'avais la télévision en fond sonore). Apprenez peu à peu à bébé que la nuit est un moment de silence et de calme, et le jour d’activité.

Entre 4 et 6 mois

Bébé perçoit de plus en plus de stimuli de l’extérieur. Son attention est attirée par le bruit et la lumière : l’aboiement d’un chien, les feuilles d’un arbre soufflées par le vent, le froissement du papier, les voix d’enfants dans l’aire de jeux.

Cependant c'est comme sa, même si on espace les biberons, de 3h puis 4h, puis 5h... On est sollicité pour changer ses couches, ou le bercer. Et bébé peut avoir des grosses périodes d'éveil ou nous parent on aimerait juste dormir mais pas bébé.

Mon conseil en tant que parent !

Il commence doucement à s'intéresser à ce qui l'entoure. Il dort donc moins. C'est une periode de transition parfois difficile. C'est pas grave. Il faut passer par la... Il se retourne dos ventre et ventre dos. Il commence à babiller. Il dort pas forcément mais on est émerveillé par les progrès de bébé. Du coup même si on est fatigué, on a la chance d'avoir son conjoint pour prendre le relais (ou son entourage) pour souffler un peu quand on est vraiment crevée et au bord des larmes... On peut craquer mais loin de bébé. Je prenais une douche bien chaude pour ma part ou j'allai étendre le linge ou arroser le jardin pour m'éloigner un peu des pleurs et etre opérationnelle après. Et ce quitte à laisser bébé pleurer un peu même si j'aime pas du tout l'entendre, je préfère sa plutôt que de lui crier dessus pour rien !

Entre 7 et 12 mois

A cette période, l’enfant commence à comprendre que lui et sa mère ne forment pas une même personne. Qu’ils peuvent être séparés. Cette prise de conscience est à la fois séduisante (on peut ramper ou marcher à quatre pattes à la conquête du monde) et effrayante (surtout ne pas perdre maman du regard). C’est le début de ce qu’on appelle la peur de la séparation. C’est une période difficile pour la maman. Mon fils est en plein dedans. Quand je le laisse chez Madame V et qu'il voit que je pars travailler il rampe pour me suivre. Par contre à l'inverse quand je vais le chercher, parfois il me calcule même pas car il joue...

Il arrive du coup que bébé ne veut plus quitter maman, parfois même la nuit. Dans le deuxième semestre de sa vie, les nuits peuvent être perturbées par les poussées dentaires (en plus !). Et enfin encore un cycle, qui vous ôte toute envie de vous allonger et de vous endormir : se tenir debout. Depuis que bébé arrive à s’assoir, s’accrocher à des éléments pour se mettre debout, impossible de l’en dissuader. Enfin, on peut le poser mais pas pour longtemps. Vous le posez-il se lève, vous le posez-il se lève, vous le posez… Sur sa je confirme que sa laisse peu de temps pour se reposer quand bébé veut trotter dans toute la maison.

Quand il finit par s’endormir, bébé bouge avec ses rêves, tourne dans le lit comme l’aiguille d’une pendule, il prend des positions étranges et se découvre sans cesse (petite astuce : je le bloque avec mon coussin d'allaitement pour qu'il ne se coince pas dans les barreaux).

Mon conseil en tant que parent !

Pour l’enfant, cette routine est importante, car elle lui donne un sentiment de sécurité. Et plus il se sentira en sécurité, moins il aura de craintes qui rendent son sommeil difficile. Je suis tres à cheval sur les horaires mis en place depuis le départ. Même si sa ne me permet pas de sortir par exemple car son bain c'est à 19h. Un point c'est tout. Je respecte le planning mis en place. Et tout vas bien.

J'ai pas de solution miracle chaque enfant est différent. Par contre en résumé je dirais qu'il faut se regler sur le rythme de l'enfant et non l'inverse.

Il lui faut un cadre clair, avec des horaires fixes pour que bébé sache quand il est temp de manger, dormir ou faire une activité afin qu'il s'adapte et qui ne sois pas anxieux.

Et enfin ne pas culpabiliser si on est fatigué. Nous sommes parents mais pas surhumain. Il est important de déléguer quand on est vraiment acculé, quand on est vraiment au bout du gouffre. Il ne faut pas avoir peur de demander un soutien. Même si je le conçois c'est très dur de confier son petit bébé à quelqu'un d'autre.





Commenter cet article