Madame V, trop parfaite ?

Publié le par Dolly

Tout se passe relativement bien avec madame V, pour le moment. Je laisse mon fils le matin un peu moins stressée désormais. Enfin sa fait qu'une semaine mais j'ai l'impression d'avoir toujours fait sa. Même si désormais j'ai mes petites habitudes (la routine me rassure énormément). Je reste quand même méfiante. C'est plus fort que moi. Malgré qu'elle bosse depuis 2006. Malgré qu'elle a déjà garder pleins d'enfants auparavant. Je préfère toujours regarder et analyser ses moindres faits et gestes. Au cas où. Chaque parole qu'elle prononce pour mieux la cerner. On sait jamais. Si jamais c'était une tarée déguisée ! C'est mon côté parano qui parle la !

En tout cas moi qui avait peur de ne pas arriver à tout gérer et ne pas réussir à concilier vie professionnelle et vie familiale, je trouve que je suis capable. J'arrive à ne pas me laisser envahir par mes angoisses. Je canalise mes peurs et je passe à autre chose. Enfin j'essaie plus ou moins. Parfois je vais bien puis parfois mal. Tout dépend des jours. Je fais des efforts en tout cas pour essayer de positiver. D'avancer et de laisser mes vieux démons derrière moi.

Le signe positif c'est qu'il lui fait des tonnes de sourires à elle et son mari donc sa me réconforte un peu. Si elle le maltraite il ne réagirait pas de la même façon si ? Je me demande pourquoi je pense à de telle chose. Je ne saurais répondre, mais j'ai tellement peur qu'il arrive un drame que je me pourri le cerveau avec pleins de pensées négatives. Encore une fois. Ce sont des passades. Je vais super bien et d'un coup je pense à quelque chose de fou (kidnapping, maladie...) et je me met à me sentir mal, à étouffer, à penser à ma vie sans mon fils. Et je me sens vulnérable. J'ai une sensation de vide, d'intenses sueurs froides, de tremblements.

Puis je me ressaisis. Je me dis que sa n'arrivera pas. Je me fais une raison. Et sa passe peu à peu. Je ne sais pas d'où vient ce genre de névrose. J'ai peur d'ailleurs d'en avoir encore. Je sais que j'ai développé sa à cause de mon alitement. À force de rester enfermée, seule. Le cerveau dérape et on pense. On a tout le loisir de psychoter et de se faire des films. Je pensais que sa passerais avec le temps. Mais apparemment non. Sa empire. Je n'en parle à personne. Les gens me prendrais pour une folle je pense. En fait je crois que j'ai cerné le problème. J'ai peur de ma vie sans mon fils. Ma plus grande crainte désormais c'est de le perdre. J'en mourrais... Mes ressentis font les montagnes russes, un jour je me sens super épanouie et un autre jour je me sens enfermée. C'est ambivalent.

Mais je me résonne, je me dis que je suis une personne saine. Et quand je vois que mon fils est content d'aller chez madame V je me dis que c'est bon signe. Que même s'il est petit, il pleurerait si elle lui faisait du mal. Que je pense au pire. Comme d'habitude. Voir le verre à moitié plein plutôt qu'à moitié vide non !!!

Pour me rassurer, je me fais des petites habitudes au quotidien. Du coup la semaine dernière, sa ma permis de bien prendre mes marques. Tout doucement. J'apprivoise mon rôle de maman active. Préparer ses affaires la veille, cuisiner ses purées et compotes. Penser aux couches et cotons. Ne pas oublier le doudou. Le déposer chez madame V. Aller au boulot. Retourner chez madame V. Rentrer chez soi... C'est d'un ennui affreux et pourtant sa me permet d'anticiper chaque geste. Je sais que la vie est imprévisible. Pourtant les mêmes gestes, chaque jour. Sa me rend plus légère. Avant je trouvais tellement cela ringard, les femmes enfermées dans leur petite vie avec leurs enfants. Mais que j'étais bête. Naïve. C'est la plus belle chose qu'on puisse avoir... Une famille. Un enfant qui embellie notre vie. Il y a que les cons qui ne changent pas d'avis.

Par contre ce soir je suis un peu énervée . La semaine dernière donc. J'étais satisfaite de madame V. Elle note tout sur le cahier de liaison. Elle discute le matin quand je l'amène. Le soir quand je vais le chercher. J'ai l'impression désagréable que mon fils passe en dernier. Une fois encore je pense que c'est ma paranoïa qui doit me jouer des mauvais tour. Dans ma tête je me dis, la petite Lola elle a deux ans et demi, donc elle réclame de l'attention ce qui est normal. Le petit qui est pour le moment que les après midi, a tout juste 4 mois donc c'est normal il a besoin des bras. Et le mien il est au milieu. Il demande rien. Donc il passe en dernier quoi. Tellement il est gentil et agréable. Parfois j'aimerai être une fourmi pour voir le déroulement de la journée chez madame V. En plus on avait convenu que mon fils dorme pour le moment dans le salon avec elle. Et la elle me dit qu'il est grand et qu'elle l'a mis dans la chambre pour la sieste. Sa ma déstabilisée. Bon elle m'a dit de ne pas m'inquiéter. Qu'elle le surveille souvent. Mais je ne peux m'empêcher de stresser. Mais elle a raison. Il faut l'habituer maintenant à être dans un lit parapluie. Bref une nouvelle fois, je pars dans des scénarios débiles. Je dois arrêter sa.

J'essaie de trouver des défauts à madame V voila tout. Sauf qu'au final je ne trouve rien. Sa m'énerve. Elle est super compétente pour le peu que mon fils va chez elle. C'est penible. Trop beau pour être vrai. Sa me rend méfiante tellement tout est bien. Je me sens un peu trop parfaite. J'ai peur que quelque chose cloche.

Allez positivons et voyons la vie du bon côté pour une fois. J'arrête de penser négativement...

C'est dans ces moments là que je me dis qu'il me manque vraiment une copine qui a aussi un enfant de l'âge de mon fils. Pour discuter de nos expériences. Toutes mes copines m'énervent. Elles ont pas les mêmes priorités que moi désormais. Plus que jamais ce soir, je me sens un peu seule. Pour la première fois de ma vie. Malgré tous mes contacts téléphoniques. Je me sens isolée... Plus que jamais ma résolution 2017 me paraît indispensable. Trouver une super amie avec qui partager de jolies choses...

Madame V, trop parfaite ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article